Domination

Bienvenue sur mon blog

 

Chapitre 2 : Découverte 21 février, 2010

Classé dans : chapitre 2 Decouverte — fictiontwilightdomination @ 19:35

Chapitre 2 : Découverte dans chapitre 2 Decouverte 2616120380_4

 

2

 

▬▬♦▬▬

 

Découverte

 

 

 

    Edward prit sa fille dans les bras, Bella la repris à son tour. Il apparut devant moi, m’empêchant de les voir tous.

- Elle ne comprend pas, elle ne sait pas ce qui c’est passé, Edward calme toi ! Dit Alice.

 - Moi je sais ce qu’elle a fait voir à ma fille ! Lâcha-t-il

 - Vous vous trompez, non, je n’ai pas de « pouvoir » rien de tout ça ! Hurlais-je

     Je me mis debout et me précipita en direction de la forêt. Avoir pus faire du mal à cette si jolie enfant me tordis le ventre. Je regardais mes mains elles n’avaient pourtant rien de changé. J’aurais aimé pouvoir pleurer pour laisser exploser mes émotions. Une fois entrée dans cette montagne de verdure, je me sentais seule, j’arrachais un arbre cela m’apaisais. Une main ce posa sur mon épaule me stoppant net dans ma course et me fis me retourner, c’était lui, Edward.

 « Tu n’as vraiment pas conscience de ce pouvoir ? »

     J’entendis beaucoup de choses inaudibles, un mal de tête violent s’empara de mon crâne. Je pris ma tête entre mes mains que je pressais fort espérant faire passer ce mal. La douleur me fit plier les jambes, mes genoux frappèrent le sol. Soudain un voile épais s’installa sur mes yeux troublant fortement ma vue. Je me mis à flotter, les paroles présentent dans mon crâne étaient de plus en plus fortes j’hurlais à présent cela me semblait interminable, puis plus rien.

    Je me retrouvais dans la villa blanche avec pour compagnie la magnifique maman vampire, Bella, je ne comprenais pas, toutes douleurs avaient disparu, j’étais allongée sur un divan blanc, Bella était en face de moi et attendait que je reprenne vie certainement. Je me redressais, de façon à m’asseoir, elle se joignit à moi. Se fut-elle qui rompit le silence la première.

 - Tu ne comprends pas je suppose ?

 - Non, je n’aurais jamais du venir ici.

 - Ne crois pas ça, tu auras au moins appris quelque chose sur toi.

     Elle était calme et sereine, elle me fit un petit sourire un coin.

 - Il faut m’expliquer je ne comprends vraiment pas. Lui disais-je vraiment inquiète. Ton mari a deux pouvoirs ?

 - Comment ça ?

    Elle parut étonnée de ma remarque.

 - Et bien lui, m’a dit clairement qu’il lisait dans les pensées, et cette douleur qu’il m’a infligé lorsqu’il m’a touché…

    Je tressaillis en pensant à celle-ci.

 - Cela m’a fait penser à cette gamine de Jane. Poursuivis-je.

 Bella était resté jusqu’à présent immobile, attentive à ma théorie, se mit soudain à rigoler. Je la regardais levant les sourcils.

 - Tu te trompes… Edward n’a qu’un pouvoir, il lit dans les pensées, Alice voit le futur, Jasper contrôle les émotions, Renesmée transmet ce qu’elle désir par le toucher, quand à moi je suis un bouclier contre les attaques mentales.

    Elle me dit tout cela avec le sourire.

- Et alors qui m’a fait souffrir comme cela ?

- Tu t’es infligée ça toute seule… Tu ne comprends donc pas ? Tu absorbes les pouvoirs de chacun !

     Je ne répondis pas beaucoup trop perplexe.

- Alors j’ai fais voir quelque chose à ton enfant ?

- Oui ce n’était vraiment pas nécessaire de lui faire passer cela, mais je suppose que tu n’as pas contrôlé tout ça !

- Qu’est-ce que je lui ai fait ?

- Elle m’a montré ta vision, et ce n’était pas joli à voir, j’ai juste vu ce que tu ressentais pour toi même et nous avons assisté à tes crimes, nous avons vu un enfant immortelle aussi… Mais après tout tu as pris le bon chemin vu tes yeux.

- Pourquoi je suis seule avec toi ?

- Parce que mon bouclier ta soulagée.

- Edward entend distinctement toutes les pensées ?

- Il m’a confié que c’était comme un hall de gare, que s’il voulait entendre précisément quelqu’un il fallait qu’il se concentre.

- Mais il ne souffre pas ?

- Pas comme toi si c’est ta question.

- Alors pourquoi moi, c’était insoutenable ?

- Je pense qu’Edward n’est pas habitué à être entendu et il devait te hurler ses pensées ! Disait-elle en souriant. Et puis cela ta peut être fait beaucoup d’un coup, le manque d’habitude,… Je ne sais pas vraiment tu sais… Je suis vampire depuis quelques mois maintenant et mes connaissances ne sont pas parfaites.

- Tu es si jeune ?

- Et oui ! Elle éclata de rire à présent, ça va mieux ?

 - Oui merci.

- Vu que je t’ai touché Edward n’entend plus tes pensées tu es « protégée ». Mais si tu ignorais ton don, il va falloir que tu fasses sa connaissance, ça t’évitera ce genre d’incident, tu ne crois pas ?

- Si bien sûr, mais tu sais des vampires m’ont déjà touché, et je n’ai jamais eu de répercutions, je ne comprends pas.

- Ils avaient des pouvoirs ?

- Euh… et bien à la réflexion oui, mais je n’ai pas eu la sensation d’avoir un pouvoir et on m’a infligé des tortures à plusieurs reprises et si j’avais eu un pouvoir je m’en serrais servie crois moi.

     A présent tous nous avaient rejoins, ils s’installaient de part et d’autre dans ce grand salon clair.

- Quel genre de torture ? Dit Jasper empreint de curiosité

- Du genre Volturi, lâchais-je

     Ils me regardèrent leurs yeux étaient partagés de compassion et de curiosité. 

- Pourquoi as-tu eu ces tortures ? Dit Edward

Je ne voulais pas répondre à cette question, je décidais de garder le silence. Tous me regardèrent avec intérêt et insistance, sauf Alice qui rompit le silence.

- Edward tu ne crois pas que ça ne te regarde pas ?

Celui-ci riposta sans se faire attendre.

- C’est toi qui l’as mené à nous ! Apprendre à connaître une inconnue est nécessaire quand on sait qu’elle a eu connaissance de Nessie ! Alors si, ça me regarde !

Il toisa sa « sœur » – oui, c’était sa sœur il me semble, s’il se considère comme une famille après tout… -

- Laisse Alice, ils ont le droit de savoir, le seul hic c’est que certains pourrait garder leur rancœur pour eux et arrêter de me considérer comme une ennemie. Disais-je en toisant Edward. D’abord Renesmée, permet moi s’il te plaît, de te présenter mes excuses les plus sincères, je ne pensais pas à mal et je n’aurais jamais fais ce geste si j’avais pu imaginer ce qu’il te ferrait.

     Elle regarda son père, avec insistance comme pour lui demanda ce qu’elle devait faire.

- Non, il faut que tu t’exprimes autrement Nessie, tu as bien vu ce qu’il s’est produit…. Dit son père.

Les pommettes de cette enfant se faisaient de plus en plus rouge, la pauvre elle était, timide ?

- Je te pardonne Kelly… dit-elle de son doux soprano.

     Elle dit ces paroles en regardant fermement le sol comme s’il allait lui répondre, cela me fit sourire et je ne fus pas la seule, toute la famille parut soulagée d’entendre le son de sa voix, elle ne devait pas souvent s’exprimer à voix haute.

- Merci beaucoup, c’est très important pour moi. Maintenant je peux répondre à vos questions mais il faudra répondre aux miennes par la suite…

- Oui cela paraît évident. Dit Carlisle

- Je ne pense pas qu’une enfant, devrait entendre tous les détails. Répondis-je en regardant celle-ci.

     Rosalie la prit rapidement en un geste vif et agile de sorte à ne pas bousculer la petite, et sortit de la pièce en lui chuchotant un  » Viens ma Nessie Chérie, ils sont inintéressants  » avec un geste du menton tout aussi méprisant.

- Bien par où dois-je commencer ? Lançai-je

Je me dirigeais vers la baie vitré, cet endroit était apaisant. Et je me détendis rien qu’à la vue de cette prairie calme.

- Et bien d’abord nous aimerions savoir pourquoi les Volturi sont intervenus quand tu as parlé de torture ? Dit Carlisle d’un ton calme.

- Vous devez sans aucun doute connaître Jane et son talent… Sans parler de son frère Alec… Dis-je

- Oui en effet…

     Carlisle avait certainement l’habitude de prendre la parole car aucun ne se manifestèrent… Ils avaient cependant adopté une attitude différente à la mention de ces prénoms.

- En avez-vous déjà fais les frais ? Dis-je en m’adressant à tout monde

     Carlisle reprit la parole ne laissant personne répondre.

- Moi non, mais ce n’est pas le cas de tout le monde ici… Aro, Caïus et Marcus sont mes « amis » en quelques sortes.

- Vos amis… répétais-je, je vous prie de me pardonnez mais nous avons pas du tout les mêmes « amis », ce sont surement eux qui vous ont demandé de me trouvé, je me trompe ? !

     Je me levai avant même d’avoir fini ma phrase, et je me dirigeai droit sur la porte, je dévalais les quelques marches du perron et me mis à courir, si vite que je m’étonnai moi même… J’étais déjà à la lisière de la ville quand Edward me héla.

- Kelly, reviens ne m’oblige pas à te toucher…

     Je m’arrêtais brusquement, et fis volte-face et il me regardait sans aucune méchanceté juste un sourire en coin. Voyant mon ahurissement, il se mit à rigoler à plein poumon.

- Je ne trouve pas cela vraiment comique ! Hurlai-je

- Tu sais pour un vampire de ton âge, c’est étonnant toutes les réactions humaines que tu as !

     Il souriait encore, et cela m’énervais réellement.

- Pourquoi c’est toujours toi qui me court après ?

- Je suis le plus rapide !

     Il me dit cela avec toute la fierté qu’un homme pouvait dégager. Et j’étais bien contente qu’il ne puisse pas lire dans mes pensées grâce à Bella. Il reprit la parole, son visage était redevenu celui qu’il était avant cette hilarité, il me regardait presque… inquiet ?

- A quoi penses-tu ?

- Ca t’énerve tant que ça de ne pas pouvoir le savoir sans le demander ?

     Je lui sourirais à présent, comme si les rôles étaient inversés.

- Répond moi s’il te plaît.

- Et bien je pense à beaucoup de chose, à mon nouveau don, aux amis de ta famille, à Bella, à des choses pl….

     Il me coupa net à la mention du nom sa femme.

- Pourquoi Bella ? Qu’est-ce qu’il y a avec Bella ? !

- Pas la peine de t’énerver ! Je me demande combien de temps encore j’aurais son don, je me demande comment ça va se passer, puis je me demande comment fait elle pour être comme elle est à 2 ans, je me demande ce que je fiche ici, et beaucoup d’autres choses tu sais.

     Je souriais quand je vis Edward soulagé de mes pensées.

- Tu croyais que je lui voulais du mal ? Lui dis-je étonné

- Non, enfin je ne sais pas, je n’aime pas ne pas savoir…

- C’est bien ce que je disais… Dis-moi, est-ce que tu sais pourquoi j’ai autant souffert lorsque tu m’as touché ?

- Sincèrement non moi j’ai toujours vécu avec ce don, et rien n’est douloureux hormis le fait de tout savoir…

- Si on recommence tu crois que… enfin tu vois ?

- Je veux bien refaire l’expérience mais cette fois-ci ne m’insulte pas s’il te plaît.

- Oh je t’ai insulté ? Dis-je toute gênée

- Oh oui et pas qu’un peu. Lui il souriait

- Et bien je te pris de bien vouloir accepter mes excuses.

- Oui, si ça t’as fais l’effet de Jane je ne t’en veux pas, je comprends…

- Oh ce n’était pas aussi violent mais pas loin…

- Très bien, tu es prête ?

- Je crois… Allons-y.

     Il me toucha l’avant bras avec douceur comme s’il avait peur de me blesser, et j’entendis des bourdonnements, ça n’était pas agréable mais pas aussi douloureux que je le pensais. Je me sentis épuisé et perdais la vue comme la première fois, je me laissais tomber mais la chute ne vînt pas, il m’avait surement rattrapé. « Tu entends quelque chose ? » je voulus répondre mais la douleur commencé à s’intensifier. Je voulais lui répondre je n’arrivais pas à grand chose, je décidais de me concentrer sur les voix comme m’avait dis Bella, il n’y en avait qu’une, celle d’Edward. Je l’entendais, il s’inquiétait maintenant, il voulait me ramener auprès de Bella. Plus je me focalisais sur la voix, plus la douleur s’atténuait.

- Non, attend je commence à prendre le dessus. Marmonnais-je

« Oh très bien, concentre toi c’est la clef.

- Je sais Bella me la dit…

     Je me redressais ouvris grand les yeux, je le vis devant moi à un ou deux mètres, je retrouvais peu à peu la vue désormais. Il m’adressa un sourire d’encouragement. Puis plus rien, plus d’affreux bourdonnements, j’entendais distinctement tous les animaux, le moteur des voitures au loin, le vent dans les arbres, la respiration d’Edward et ses pensées.

« Tu entends les miennes là ? » Lui dis-je

« Oui oui ne t’inquiète pas. »

     Il me souriait.

« Ca va énerver les autres qu’on ait des discutions comme celle -ci. »

« Je ne compte pas retourné chez toi »

- Pourquoi ? ! Dit-il ahuri

- Nous n’avons pas les mêmes amis !

- Je t’avouerais très sincèrement que je ne les porte pas non plus dans mon cœur, mais pourquoi ta réaction est-elle aussi vive ?

Je ne dis rien me forçant à ne pas repenser à ce souvenir atroce, pour garder celui-ci pour moi. Je préférai chanter ma chanson favorite. Il me regarda intrigué.

- Pourquoi tu penses à ça ?

- Pour me garder un temps soit peu d’intimité, tu crois quoi ? Que je vais tout partager avec un inconnu ?

- Non, je comprends, seulement, je sais que ça cache quelque chose ce genre de pensées complètement idiotes.

- C’est quelque chose que j’aimerai oublier en quelques sortes, s’il te plaît, n’insiste pas.

- Bien mais il faudra quand même que tu reviennes à la maison, j’ai promis à Alice que je te ramènerais… Dit-il presque honteux

    Je lui souriais et pensa « Et toi, non plus tu ne sais pas lui résister ? » Il secoua la tête.

- Et bien rentrons, chez toi.

     Je le suivis. Nous ne tardâmes pas à arriver à la villa blanche, elle était si belle, elle s’associait à merveille dans ce paysage de verdure intense.

 

2 Commentaires

  1.  
    amel
    amel écrit:

    c’est très bien écrit continue j’aime bien l’idée et c’est marrant aussi donc en gros je l’adore

  2.  
    amel
    amel écrit:

    trop trop bien j’adore le moment avec Renesmée et son père s’est trop mignon! J’adore en plus ça ma inspirer pour un OS.
    Donc voilà continue comme ça et bonne chance pour la suite.
    Bix et ciao

Commenter

 
 

blog d'une pythagoricienne |
mes petites idées |
Blog de Aymane Hafit ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | poèmes d'une romantique ...
| C'est de l'autre côté de ma...
| escarpins et sac à dos