Domination

Bienvenue sur mon blog

 

Chapitre 3 : Exil 7 avril, 2010

Classé dans : chapitre 3 : Exil — fictiontwilightdomination @ 20:21

Chapitre 3 :  Exil dans chapitre 3 : Exil moz-screenshot

moz-screenshot-1 dans chapitre 3 : Exil

2622700496_small_4

 

3

 

 

▬▬♦▬▬

 

 

Exil

 

 

 

     Nous pouvions désormais apercevoir la villa, je m’arrêtais net, il se retourna. Je m’inquiétais, je ne me reconnaissais plus, j’étais une autre femme, pourquoi je me laissais faire ? Pourquoi je n’étais pas aussi hostile qu’à mon habitude ? Je me torturais l’esprit, et Edward le savait…

- Laisse toi guider, tu sais tu ne risques rien avec nous, nous te voulons aucun mal.

Son visage était empreint d’une sincérité certaine. Il me tendait la main, et je la pris.

 » Il faudra vraiment m’expliquer certaines choses… »

 » Bien sûr  » me promit-il

     A présent je pouvais entendre les pensées de chacun à une exception, Bella, nous étions au fond de la prairie, il faisait nuit et la villa était illuminée de chaque pièce. Nous pouvions voir la famille déambulé par les fenêtres. Cela me fit sourire et je me disais qu’au fond de moi je rêvais d’une vie comme celle-ci.

 » Tu sais ça à des inconvénients » pensa Edward en souriant

     Nous étions maintenant très proche, nous marchions à allure humaine c’était reposant, le bruit de la rivière était très agréable. Puis je vis notre reflet dans la baie vitrée, ce fut d’abord l’étrange ressemblance qui me sauta aux yeux, nous avions la même couleur de cheveux, nous étions beaux des êtres si parfait physiquement, Edward était un bel homme et moi j’étais devenu une belle femme après ma transformation. Mais cette ressemblance m’intriguait fortement même si les vampires étaient tous plus ou moins ressemblants. Puis par la suite je m’attardais sur la position que nous avions prise, nous nous tenions toujours la main ! Cela était gênant, très gênant, on aurait pu croire à un couple ! Cette pensée me révulsait, Edward lâcha immédiatement ma main, en me hurlant sa pensée

  » Désolé, je ne voulais pas, je ne pensais pas à mal, je ne voulais pas ce geste enfin pas cette signification ! Je suis désolé vraiment / »

 « Et oh stop là c’est bon t’inquiète pas y a un aucun sous-entendus ! Calme-toi ! Tu n’as pas à culpabiliser ou quoi que se soit d’autre, n’en parlons plus !  » Il était pale comme un linge – assez ironique de dire ça d’un vampire -

- Oui c’est vrai je te pris de m’excuser, c’est la première fois que je me permets un geste aussi déplacé.

- Et arrête de t’excuser par la même occasion, je n’aurais pas pensé ça tu aurais fini par lâcher ma main sans t’en rendre compte.

     Je lui souriais pour essayer de le réconforter, et cela marcha visiblement puisqu’il se dit que ce n’était rien du tout et me rendit mon sourire. Il me fit entrer dans la villa et referma la porte après m’avoir suivie. Je me fis la réflexion que c’était un vrai gentleman comme il ne s’en faisait plus, et cette pensée le fit éclater de rire. Je me joignis à lui, quand Emmet me tapa un grand coup dans le dos, ce qui me fit valser dans le mur. Cette tape était amicale mais brusque comme la personne qu’il était.

- Alors on se marre sans moi ? Lança-t-il

- Emmet fais gaffe ! Répondis Edward en lui donnant un coup de poing qui ne fit même pas sursauter Emmet.

« C’est bien ce que je disais ça ne se fait plus… » Je souriais à ma pensée et Edward en fit de même.

     Nous nous dirigeâmes dans le salon Rosalie était réapparue et me toisait, Bella me lâcha un regard qui en disait long, son bouclier ne servait à rien cette fois-ci, ça se voyait, elle était en colère après moi, mais pourquoi ? Ces deux femmes se tenaient au plus loin de nous, au fond de la grande pièce claire, et le reste de la famille était sur les divans blancs. J’entendis énormément de choses je ne savais même plus s’il s’agissait de pensées ou bel et bien des paroles. J’entendais clairement Edward dans ma tête, il me fit comprendre de ne pas faire attention à tout ce bruit de ne pas prendre en compte Rosalie, et de ne surtout pas regarder Bella, je l’écoutai et m’assis à côté de Jasper et Alice.

« Et pourquoi cette Jane la terrorise autant ? »

- Je n’ai pas peur d’elle ! Hurlais-je sans m’en rendre compte, je mettais levée avec violence.

Tous me regardèrent avec incompréhension sauf une… c’était Rosalie elle me regardait avec un étonnement hallucinant. C’est à se moment précis que je me rendis compte que non seulement j’avais confondus une pensée avec une parole mais que j’avais également répondu à cette dernière. Je passais à présent pour une folle… Cela me peinait.

« Ne t’inquiète pas ça m’est déjà arrivé » Edward me souri discrètement à cette pensée, je le lui rendis.

- Edward pourquoi tu l’as touché ? ! Cria Bella

- Ne t’inquiète pas elle ne t’entend pas mon amour ! Répondis celui-ci étonné de la réaction de son épouse.

Bella le regarda avec un énervement certain, Emmet lui rigola – pour changer -

- Carlisle si tu veux bien, j’aimerai te parler en privé. Dit Edward

- Bien sûr, allons dans mon bureau.

     Ils montèrent rapidement à l’étage et s’enfermèrent. A présent je n’avais qu’Alice pour m’épauler… Je me décidais à prendre la parole, entendre toutes ces pensées était agaçant car je ne pouvais y répondre elles étaient trop nombreuses…

- Bien je vous écoute, posez moi toutes les questions que vous voulez, je m’efforcerais d’y répondre avec sincérité, et j’espère quand retour vous en ferez autant…

- C’est très aimable de ta part, dit Esmée, si tu veux bien je vais commencer, tu veux bien nous raconter ton parcours avant d’être venue jusqu’ici ?

- Et bien, d’abord je ne me rappel pas de ma vie précédente, hormis quelques flashs, à ma naissance j’ai commis beaucoup de meurtres et très vite j’ai adopté le même régime que vous. Au cours de mes 91 ans d’existence j’ai connu l’amour puis je l’ai également perdu, – après avoir énoncé cela à haute voix je fis une pose et repensa à lui, mon cœur se fit très douloureux et pesant, la déchirure s’ouvrait malgré moi et je décidais de reprendre – j’ai essayé de trouver une raison de vivre autre, j’ai abandonné notre foyer celui que l’on avait construis nous même, j’ai abandonné ma vie en quelque sorte, ma survie je la dois à ma persévérance, je veux me rappeler, je veux savoir ce que j’ai vécu avant de devenir cette créature…

- Je ne pensais pas que tu te livrerais ainsi, merci cela me touche… dit Esmée pleine de compassion

     Edward et Carlisle nous avaient rejoins, je ne sais depuis combien de temps, j’étais beaucoup trop absorbée par ma propre histoire.

- Je peux maintenant ? Je veux dire, je peux à mon tour poser une question ?

- Oui bien sûr. dit Carlisle

- Et bien j’aimerai connaître les gros traits de votre histoire commune, enfaite ce n’est pas une question. Dis-je en souriant

     Carlisle m’expliqua pourquoi il avait fais le choix de les transformer, pourquoi ils avaient ce mode de vie, il m’a dis le principal, assez pour que je comprenne. Carlisle me raconta vaguement l’histoire de Bella et Edward, elle était magnifique, cela se sentait il y avait tellement d’amour entre eux et elle me rappela certaines choses… Puis vient la naissance de Nessie, la transformation de Bella.

- Vous faites rêver, vous le savez ? Dis-je en rigolant

- Kelly, tu veux bien nous en dire plus sur les Volturi et toi, s’il te plaît ? Je sais que ça t’es pénible d’en parler mais tu peux nous faire confiance tu sais… Dit Edward

- Ils ont soif du pouvoir rien d’autre, – je marquais des temps, j’essayais de me contrôler ma voix tremblait et je reprenais ma respiration afin de m’apaiser si j’avais été humaine j’aurais pu sentir les larmes se déverser sur mon visage, je regardais Carlisle je ne voulais pas le blesser il n’avait aucun trait me disant de m’arrêter au sujet de ses amis -  ils veulent plus, toujours plus, ils me voulaient moi,… je ne comprenais pas je ne pouvais rien leur apporter,… je n’avais pas conscience que j’avais un pouvoir, eux, si. Un matin ils sont venus me chercher chez nous,… Balian s’est interposé,… il pensait pouvoir survivre à leurs pouvoirs… car il avait un pouvoir très… spécial… Il pouvait connaître les plus grandes peurs de n’importe qui et le terrorisé, il pouvait donner des visions d’horreur faire croire que certaines choses c’étaient produites… Comme-ci là maintenant, je vous donnais la vision de la mort de l’être le plus cher à vos yeux en vous donnant l’impression que vous étiez présent lors de son exécution… Comme s’il s’agissait d’un souvenir dans votre esprit. C’est très déstabilisant…

     Je revis Balian le matin même avant sa destruction, il m’avait embrassé avec tant d’amour quand nous avions sentis les Volturi, son regard en disait long comme s’il savait ce qui allait se produire j’aurais du les laisser me prendre, j’aurais du lui dire de fuir. J’avais la gorge nouée, mon ventre se tordait de douleur, j’étais mal, très mal, je voulais être seule, m’isoler. Et là je les vis tous me regarder avec une compassion certaine même Rosalie était bouleversée.

- Isole-toi si tu en as besoin Kelly nous comprenons… Dit Edward, il avait lu dans mes pensées et avait du voir tous mes souvenirs…

     Je me levais délicatement, j’étais désorientée j’entendais leur compassion, tristesse, je me fis la réflexion que tous essayait d’imaginer ce qu’ils auraient fais eux à ma place, vivre sans leur amour leur était à tous impossible. C’est aussi ce que je pensais pour moi, je voulais mourir même encore aujourd’hui, mais pas avant d’avoir découvert qui j’étais et de mettre vengée…

J’étais de l’autre côté de la rivière, je vis une petite maison très jolie au fond de la prairie au milieu des arbres. Je décidais de m’approcher, plus j’avançais plus je sentais l’odeur de l’enfant, Renesmée devait dormir j’entendis un petit cœur battre plus vite qu’un humain cependant, sa respiration était calme. J’arrivais tout de même à distinguer deux battements de cœurs, je me stoppais net, je me demandais qui pouvait être avec leur enfant, puis je me fis la réflexion que l’odeur que j’avais senti à mon arrivée sentait beaucoup plus fort désormais. Il s’agissait d’un loup, je décidais de m’approcher, cette puanteur me brûla les narines, je me fis violence pour poursuivre mon avancée, je n’étais qu’à quelques mètres de la maisonnette. Quand l’homme sortit il tremblait de partout il me toisait avec horreur et haine. Je ne pensais pas qu’il aurait une réaction aussi vive sachant qu’il vivait en compagnie de vampire.

- Qui es-tu ? Et que fais-tu ici ? hurla Jacob

- Je suis Kelly et je rends visite à la famille Cullen.

     J’entendais les pensées de Rosalie au loin, elle nous observait par une fenêtre et se disait que le clébard faisait encore des siennes, Rose se demandait si elle devait en parler au reste de la famille. Edward l’entendit est se précipita à l’extérieur avec Alice et Bella.

- Tu es une amie ?

- euh… non je ne pense pas… Nous nous connaissons à peine…

- Alors va-t-en ! Cracha-t-il

- Calme-toi Jacob ! Gronda Bella

     Ils se mettèrent à discuter, de temps à autre le ton montait, moi je n’écoutais plus je me concentrer sur les bruits de la forêt, sur le petit cœur de Renesmée, mes yeux se voilaient je décidais de m’assoir, je ne pensais plus à rien, j’étais complètement déconnectée de la réalité, le loup m’aurait attaqué que je n’aurais même pas réagis, son cœur faisait un vacarme épouvantable. Après quelques minutes je décidais de me relever, et me mis à courir dans la forêt, je voulais m’éloigner de toutes vies. Soudain je n’entendais plus aucunes pensées, juste le vent et quelques animaux. Mes genoux tombèrent à terre, je me mis à hurler toute ma souffrance, je n’arrivais pas à m’arrêter, mes poumons étaient inépuisables l’air ne s’échappait pas, ma gorge vibrait, quand je me sentais assez apaisée je décidais seulement de m’arrêter, puis j’arrachais les arbres m’entourant évacuant ma colère. Après avoir fais le ménage autour de moi, je décidais de m’allonger sur l’herbe mouillée, la terre était devenue boue, je me roulais littéralement dedans telle une enfant, puis je me mis sur le dos et je me figeais. La pluie me tombait sur le visage, cela enlevait la boue, je me mis en tailleur après des heures, je vis le jour ce lever.

 » Je peux venir ? « 

Je reconnus cette pensée, c’était Edward.

 » Oui, mais je te préviens, je ne suis pas belle à voir  » Dis-je en me relevant sourire aux lèvres, il était déjà là.

 » Nous t’avons entendus hier, je voulais venir, mais on m’en a dissuadé, je me suis mis à ta place et j’aurais aimé être seul également… « 

 » Merci c’est très aimable de ta part « 

 » Tu es très forte et très courageuse, tu ne dois pas te sentir coupable « 

 » S’il te plaît ne me dis pas ce que je dois faire ou  ressentir, vraiment je te promets que je ne veux pas de pitié, d’aide, ou autre je mérite tout ce qu’il m’est arrivé « 

 » Non ! Ces Volturi se croient tout permis, Carlisle s’en veut de t’avoir mise mal à l’aise avec cette histoire « d’amis », Esmée s’en veut de t’avoir posé cette question et moi aussi d’ailleurs… »

- Arrêtez tous ! Sérieusement vous croyez quoi ? Tout le monde aurait préféré mourir que de survivre à ça, et moi je suis encore là ! J’ai laissé mon amour, ma vie, se faire démembrer devant mes yeux ! 

     Ma gorge était enflammée, j’avais soif, la tristesse, la colère et la culpabilité n’arrangeait rien. J’essayais de me reprendre puis je fis passer un message à Edward.

 » Edward faut que je chasse « 

 » Oui je comprend, moi aussi j’en aurais bien besoin !  » Il était presque, joyeux ? Cela me semblait étrange…

 » Hum je ne veux pas te blesser mais je pense que tu devrais réserver ceci à Bella…  » Je lui souriais pour qu’il comprenne.

 » Oh mais Bella a déjà chassé tu sais, et puis chasser n’est pas une activité de couple, si ? « 

 » Edward, j’aimerais juste être seule, s’il te plaît, ne te vexe pas, c’est juste que je ne me reconnais plus du tout en ce moment… J’ai besoin de me retrouver, tu comprends ?  » Je lui adressais mon plus beau sourire que je sois en mesure d’offrir en cette circonstance.

 » Oh très bien, désolé je ne voulais pas paraître insistant… » Il était déçu, et cela me surpris vraiment.

     Je m’enfuis réellement, je voulais le fuir, ne pas être honnête envers lui et sa famille me faisait souffrir. Je ne pouvais pas lui révéler la vérité. Je courais, j’aurais aimé avoir le souffle coupé, être épuisée, la chose que j’étais ne ressentait pas cela. Nous étions si résistants.

Pourquoi m’avaient-ils quitté ?

     Il fallait que je dise la vérité à cette famille, mais comment leur annoncé, ils m’ont cru si sincère, après tout je n’ai pas menti, j’ai omis d’énoncer certaines choses et certaine personne… Demain matin à l’aube c’était décidé je leur annoncerai tout, ils me rejetteront peut être mais je n’aurais plus ce poids, il était beaucoup moins douloureux que mon passé, mais je ne pouvais supporter une douleur de plus…

     J’étais face à la mer, non loin de la réserve Quileute, cela m’amusais, je les entendais et ils étaient comme des lions en cage voyant passé un steak. Je souris et j’avançais petit à petit, l’eau était à mes chevilles, puis une vague submergea mes mollets, mes cuisses, mes mains puis ma poitrine… Ma tête était, elle aussi dans l’eau cela faisait peut-être une heure que je continuais d’avançais dans cette eau glaciale, je le sus car aucune sensation de froid ou de chaud se manifesta, donc j’en conclus qu’elle et moi étions de la même température… La surface était à quelques mètres au dessus de ma tête, je voyais la lumière du soleil, j’étais bien et enfin rassérénée. Peu après je sortis, en marchant lentement si lentement que c’était une insulte de se comporter comme cela en tant que vampire, notre espèce était si vive et agile. L’eau m’arrivait aux genoux, je vis Jacob, il fulminait, il faisait les cents pas. Comme s’il m’attendait, lorsqu’il me vit il s’arrêta net, et me toisait attendant que je sorte entièrement de l’eau visiblement. J’entendais très clairement ses pensées.

 » Qu’est-ce qu’elle fiche ici celle-là, puis pourquoi elle était dans l’eau ? Je ne comprendrai jamais ces choses !  » Il hurlait ses pensées se fut très désagréable autant de rancœur mais je le compris je ressentais à peu près la même chose à son égard.

- Jacob, pense moins fort s’il te plaît.

« Oh non ! Pas ça ! Pas encore ! »

- Et si, désolée ! J’avais étiré un sourire ravageur

- Hum alors, tu peux me dire ce que tu fiches ici ?

- Et bien je ne crois pas que je sois sur ton territoire, si ?

- Bien sûr que non, tu serais déjà morte !

- Trop aimable ! Je lui souriais, mon air forcé l’énervait encore plus.

- Tu vas me répondre !

- Et oh baisse d’un ton le chien ! Je fais ce que je veux et je me baigne si je veux ! J’hurlais à présent.

 » Ah tu as perdu ton jolie masque aimable et poli ? « 

- Très drôle !

     Je me mis à marcher d’un pas vif et décidé en direction de la forêt à l’opposé de la réserve, Jacob me rattrapa sans mal, il s’arrêta à trois mètres de moi attendant que je me retourne, je m’arrêtais et je m’apprêtais à me retourner quand je l’entendis penser si fort…

 » Ha elle fait tout ce que je veux, elle est docile celle-là !  » Il rigolait intérieurement.

A cette pensée, je m’étais arrêtée je voulais lui donner une leçon, mais je décidais de jouer avec lui alors je m’arrêtais de sorte à lui tourner le dos et j’attendis, moi je pouvais me figer ainsi pendant des heures, lui non.

- HA ! HA ! Très drôle ! Pffff

- Oui je t’écoute.

- Ben tourne toi !

- Certainement pas !

- Ha oui ? Et si là, maintenant, je te tuais ?

- Je t’en serais reconnaissant…

 » Hein ? ! Qu’est-ce qu’elle me chante ? ! Elle se la fait à la Edward ? « 

     Je n’en revenais pas, Edward avait osé lui dire cela ? Dans la précipitation je me retournais et le fusillais du regard.

- Quoi Edward a osé te demander ça ?

- Mais arrête ! Oh est-ce que je t’espionne moi ?

- Oui !

- Ah oui et j’aimerais bien savoir comment je m’y suis pris !

- Là, à l’instant tu m’attendais sur la plage ! Pourquoi tu m’as suivi ? Qu’est-ce que tu me veux ?

- Eh bien ! C’était juste pour te donner un avertissement !

     Un rire nerveux me chatouilla, je me laissais exploser de rire, il fut surpris de ma réaction. Non mais il croyait vraiment me faire peur.

- Je serrais toi, je ne rigolerais pas et je ne prendrais pas ceci à la légère MA-DE-MOI-SELLE ! Il dit cela en me pointant du doigt.

- MADAME ! Hurlais-je

     Notre échange n’avait été que cris et hurlements, seulement ma dernière intervention avait résonné à des kilomètres à la ronde. Jacob fut décontenancé de ma réaction si vive, il dut voir de la fureur dans mes prunelles. Son doigt était resté figé, ses yeux ronds étaient grands ouverts, il ne bougeait plus. Puis il se reprit après quelques secondes.

- Ne t’approche pas de ma Nessie… Me lança-t-il en tournant les talons.

- Ce n’est pas ta chose ! Lui lançais-je.

     Nous nous mîmes à courir chacun de notre côté, ce Jacob m’exaspérait réellement, à croire qu’il ne sait s’exprimer qu’en hurlant. La nuit était tombée, je décidais de m’arrêter dans une clairière très jolie, mais yeux me permettaient de voir comme en plein jours, en ruisseau s’écoulait non loin, je me trouvais en amont de la villa des Cullen, je décidais de grimper à l’arbre le plus haut de la clairière. De la haut la vue était tout simplement magnifique je voyais la ville de Forks quelques lumières m’apparaissaient de-ci de-là, et de l’autre côté je voyais la villa des Cullen illuminée, ce qui me fit sourire car il n’avait aucunement besoin de lumière pour voir. La pleine lune donnait une lumière toute particulière à ce paysage, je m’assis sur la plus grosse branche, et je décidais de regarder le peu d’étoiles qui apparaissaient à travers les nuages.

     L’aube pointait le bout de son nez, une brise fraîche se fit sentir je me sentais bien, malgré l’angoisse qui me montait, à l’approche de ma révélation, je ne savais aucunement comment seraient leurs réactions. Je pensais à Renesmée et je n’arrivais pas à comprendre qu’elle puisse mordre Jacob sans aucun risque, je l’avais vu à travers les visions de l’enfant. Pourtant mon expérience m’avait appris que les êtres mi-humain et mi-vampire étaient venimeux, cela était impardonnable pour les loups.

     J’entendis des feuilles se faire piétiner et un courant d’air fouettant les arbres, quelqu’un courrait… Et courrait vite, trop vite pour un humain et peu de temps après je sentis l’arôme d’un vampire qui ne m’était pas étranger. Je me laissais tomber de ma branche dans un saut gracieux de plus de sept mètres, je me réceptionnais sans problème. J’étais appuyée sur le tronc, quand je vis m’apparaître Alice, à cet instant précis je savais qu’elle savait…

-  Kelly ! Comment tu as pu me faire ça ? Pourquoi tu ne me l’as pas dis hein ? !

-  Je m’apprêtais à te le dire, enfin à vous le dire, ce matin même…

-  Je sais ça sinon je ne l’aurais pas vu.

-  Et qu’as-tu vu ?

Je me vis dans son esprit c’était très net, j’étais debout dans la salle à « manger » des Cullen, et je leur disais que je n’avais pas été sincère, la vision se stoppa brusquement, et j’entendis fortement Alice.

« Alors tu vas m’expliquer oui ? ! »

-  Alice ne t’énerve pas, s’il te plaît, je vais tout vous expliquer mais je n’aurais pas la force de me répéter ça serait beaucoup trop douloureux pour moi, comprend moi s’il te plaît.

-  Hum, très bien, jure-moi que ma famille ne risque rien.

-  Alice, bien sûr que non, je ne leur veux aucun mal et puis c’est toi qui est venue me chercher je te signal. 

     Ses bras étaient croisés contre son ventre, elle me toisait telle une enfant qu’on punit, je ne pouvais m’empêcher de la prendre dans mes bras. Je fis un pas dans se direction et lui tendit mes deux bras, elle comprit tout de suite mes intentions.

«  Non, elle ne va pas faire ça quand même ? Woh, j’adore ! »

     Et nous nous faisions un vrai gros câlin d’humain, ce qui me fit sourire. A cet instant précis je ne l’entendais plus… Ce qui me pinça le cœur, car ses pensées étaient très agréable, je lui offrais ce qu’elle attendait.

-  Oh tu me réponds ? s’énerva-t-elle

-  Ben à quoi ? Je te signal qu’à cause de mes comportements humains, je viens de perdre mon pouvoir et récupérer le tiens ce qui me fait un peu peur je dois l’admettre. Lui dis-je en souriant.

-  Oh oui pourquoi n’y aies-je pas pensés plus tôt. Elle s’en voulait presque, elle amena sa main droite sur sa tempe et ce la frotta légèrement.

-  Je n’ai plus qu’à attendre une vision. J’essayais tant bien que mal de lui redonner le sourire.

-  Bon allons-y je me demande ce que tu vas bien pouvoir nous annoncer…

-  Alice, j’aimerai réellement ne pas avoir à faire ça, seulement je n’ai pas choisi de vivre certaines choses…

-  Oui je me doute, vu l’air grave que tu as pris quand je t’ai vu…

-  Hum… et bien allons-y…

Nous nous mîmes à courir, les vagues d’air que nous brassions claqué contre les troncs. Nous étions côte à côte lorsque nous arrivâmes devant la villa, j’angoissais rien qu’à l’idée de reparlé de tout cela, mais ça y est c’était décidais j’allais tout leur dire sans rien omettre… Nous étions à deux cents mètres de la demeure lorsque je perdis pied je m’arrêtais net, et je vis la salle à « manger », les Cullen se tenaient tout autour de la grande table, exactement comme la vision qu’Alice avait eu à mon sujet, je leur révélais tout, et Bella me prit dans ses bras dans la minute qui suivit. Lorsque tout redevins normal, je vis Alice presque inquiète.

-  Et Lili ! Ca va ? s’inquiéta Alice

-  Euh oui, désolée tu sais ce que c’est, hein ? Je lui accordais un de mes sourires qui savaient mettre en confiance afin de la rassurer.

-  Oui c’est vrai, mais je ne me vois pas… Je comprends mieux la réaction des autres… Rigola-t-elle

-  Alice il faut que j’y aille sinon je serrais capable de flancher.

-  Oui, allons-y

Nous étions à l’entrée de la villa très rapidement, Edward dévala l’escalier en une vitesse éclaire.

 -  Qu’est-ce qui se passe ? Dit-il complètement affolé.

« Edward calme toi, s’il te plaît n’éveille pas les soupçons, réunit tout le monde s’il te plaît, je dois vous dire quelque chose… »

-  Tu… Tu n’as plus mon pouvoir ? dit-il surpris

« Oh, non, j’ai eu un comportement un peu trop humain avec Alice » Pensais-je et lui adressant un sourire complice.

-  Oh je vois… Il avait un sourire un coin très séduisant et à cet instant je me mordis la langue assez fort pour regretter d’avoir pensé ça en sa présence.

 

Donnez moi vos avis s’il vous plaît !

Bisous

Emilie

 

1 Commentaire

  1.  
    amel
    amel écrit:

    Il est trop bien comme les deux dernier continue comme ça mais c’est bizarre j’ai l’impression qu’Edward est en train de tomber amoureux de Kely.
    En fin bref c’est super!! =D

Commenter

 
 

blog d'une pythagoricienne |
mes petites idées |
Blog de Aymane Hafit ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | poèmes d'une romantique ...
| C'est de l'autre côté de ma...
| escarpins et sac à dos