Domination

Bienvenue sur mon blog

 

Chapitre 4 : Confidences 26 avril, 2010

Classé dans : chapitre 4 Confidences — fictiontwilightdomination @ 12:23

Chapitre 4 : Confidences dans chapitre 4 Confidences 2635023092_4

4

 

▬▬♦▬

 

Confidences

 

Tous étaient attablés, une chaise était vide, j’en concluais donc qu’il s’agissait de la mienne. Je m’installais lentement, Carlisle était à ma droite, Alice à ma gauche, suivit de Jasper, Edward, Bella, Renesmée, Rosalie, Emmet et Esmée était bordée de son mari et de son fils Emmet.

-  Nous t’écoutons Kelly… Dit Carlisle

-  Eh bien, je vais le faire mais j’aimerais prendre une petite précaution avant si vous me le permettez…

-  Euh et bien oui, laquelle ?

Emmet gloussa, Esmée lui offrit un regard  plein de reproche et il se tut.

-  Bella si tu le permets j’aimerai, que tu m’englobes avec ton bouclier si tu le veux bien s’il te plaît, j’aimerai éviter certaines intrusions. Dis-je presque honteuse.

-  Pourquoi tu as quelque chose à cacher ? Cracha Rose

-  Non, j’aimerai juste que tout le monde soit à égalité…

-  Elle n’a pas tord Rose, depuis le temps que je réclame justice. Rigola Emmet

A ce moment précis je sentis une enveloppe très légère sur toute ma silhouette, je me sentais presque en sécurité et cela me parut étrange.

-  Merci Bella…

Elle acquiesça.

-  Bien alors sachez que j’ai été honnête avec vous lorsque je vous aie parlé de ma vie passée. J’ai juste omis de précieux détails…

-  Qui sont ? Dit Jasper

-  Laisse moi finir s’il te plaît ça m’est très difficile d’en parler… J’inspirais profondément bien que cela me fut inutile, j’avais sans doute l’espoir que cela me donne du courage.

-  En 1999, j’ai fais la rencontre de Balian en Europe et il était encore humain, et je dois dire qu’il avait déjà le charme d’un vampire… Sa fragrance était si, enfin Edward sait de quoi je parle… Nous nous sommes épris l’un de l’autre ce qui était très inconscient, je le sais mais l’amour nous fait faire bien des choses, j’ai finis par lui révéler mon secret et nous avons essayé de vivre ainsi cela a duré 5 ans et pour plein de raisons nous n’avons pu poursuivre ainsi, il était seul, tout comme moi. Cela faisait quelque temps que nous préparions notre départ je voulais le reculer de toutes tentations humaines, deux jours avant notre départ… Pardonnez moi, je reprenais ma respiration, inutile, je ne trouvais soudain plus les mots pour le leur dire, mes coudes étaient posés sur la table, ma tête appuyée sur mes paumes, je n’arrivais plus à soutenir leurs regards.

-  Prend ton temps… me dit Alice

-  Merci, mais je ne sais pas comment vous le dire sans vous choquer…

-  Tu sais on a vécu beaucoup de choses, ne craint rien, va au plus simple, tu auras tout le temps pour nous en dire plus… Dit Edward

-  Je ne parle jamais de ça, je ne veux plus en parlé, et si je le fais c’est par pure honnêteté… Donc deux jours avant notre départ, j’ai ressentis quelque chose qui m’était totalement étranger. Lorsque je me suis rendus compte que j’étais… enceinte, à ce moment précis je les regardais tour à tour leurs visages étaient comme décomposés, je le savais ils ne s’attendaient pas à ça… Je décidais de poursuivre avant que l’un d’eux ne me coupe.

-  Nous somme partis un peu plus tôt que prévue, je voulais m’isoler. Balian était très inquiet mais il n’avait pas idée de notre résistance, et malgré celle-ci ma grossesse fut très difficile, j’avais tout le temps soif… J’ai pris mes distance avec Balian, il représentait ma plus grande tentation, et je voulais par-dessus tout du sang humain pour combler ce vide qui me faisait atrocement souffrir, je me suis même forcée à manger de la nourriture humaine, j’ai vite compris que c’était inutile – et heureusement – car je ne gardais pas cette nourriture. Heureusement, ce fut très rapide, mais j’étais seule, et ce fut laborieux… Je n’avais pas conscience de ce que j’allais mettre au monde ; un monstre ou un si fragile humain. Enfin quand j’entendis son petit cœur battre à toute vitesse, je compris qu’il était plus humain que vampire, et il était aussi vampire à voir les dents qu’il affichait ce p’tit bout… Ce souvenir de lui me fit faire un sourire léger.

-  Il ? Dit Esmée

-  Oui, Sétia, il était magnifique… Je partais dans mes souvenirs au fur et à mesure de mon histoire. Il avait les yeux bleus-verts, les cheveux cuivrés, pour le reste c’était son père tout craché… Je me suis isolée quelques jours, puis Balian a fait sa connaissance, sa transformation était inévitable, Sétia avait des dents aiguisées et était venimeux, son père était vulnérable. C’est son propre fils qui le transforma. Sa transformation effectuait, il était de nouveau isolé car Sétia était en danger en sa présence… Et contre toute attente il a vite su prendre le contrôle. On était une famille presque normale… On s’était trouvé une ravissante petite maison, Balian était professeur d’histoire remplaçant dans les lycées, toutes les adolescentes craquées totalement d’ailleurs… C’était assez amusant, moi j’étais avec Sétia et à mes heures perdues je posais en tant que mannequin… Bien sûr on ne restait jamais très longtemps dans une même ville, grâce au métier de Balian nous n’éveillions pas les soupçons… Et un beau matin d’hiver, la neige avait tout envahie, Sétia avait le physique d’un enfant de 16 ans, mais il n’en avait que 5. Les garçons faisaient l’arbre de Noël, moi j’essayais tant bien que mal de faire la cuisine… Sétia avait invité deux de ses amis pour dîner, ils étaient orphelins enfin bref tout le monde était bien occupé, et d’un seul coup une odeur m’effleura les narines, nous nous retrouvâmes dans le salon, je mis Sétia derrière moi, et huit ombres vêtues de cape nous apparaissaient. Je sus sans les connaître de qui il s’agissait, j’en avais forcement entendus parler et avait expliqué à Balian qui ils étaient. Ces trois vieillards nous toisaient, accompagnés de Renata, Jane, Alec, Félix et Démétri. Balian joua de ses pouvoirs, qu’est ce qui pourrait effrayer les Volturi ci se n’est les loups ? Pour je ne sais qu’elle raison cela échoua, Sétia avait un pouvoir mais il fut a terre à se tordre de douleur comme son père en quelques secondes… Je sautais sur cette pauvre gamine de Jane, et je me joignis à ma famille… Nous étions tous les trois à terre, quand j’entendis ce que je ne voulais surtout pas entendre, ce déchirement de métal m’éclata le cœur, j’hurlais je ne savais même pas qui ils avaient osé toucher, quand j’entendis Balian hurler je compris que c’était Sétia… Puis un deuxième déchirement… à ce moment là je sus que j’avais tout perdu et je priais pour être la suivante, mais il n’en était rien… J’étais là, à moitié assommer de douleur lorsque je repris connaissance, ils étaient loin et la fumée embaumer mes narines… J’aimerai pouvoir les pleurés… Évacuer… Mais il n’en est rien, je suis encore là, et ils regretteront de m’avoir laissé en vie…

     J’étais accablée et à la fois soulagée de cette révélation. Je les voyais tous me regardaient, puis regardaient la petite Renesmée. Je compris vite qu’elle était gênée… J’espère qu’elle ne culpabilisait pas d’être en vie. Je ne mettais pas rendus compte que l’enveloppe de Bella avait disparue, j’interrogeais Edward du regard – et de la pensée –

-  Je suis désolé… Me dit-il donc sa protection n’avait pas durée longtemps…

-  Ce n’est pas grave après tout tu l’aurais vu un jour… Marmonnais-je, si vous voulez bien je vais sortir…

     Je m’éclipsais. Je me dirigeais vers le ruisseau et m’asseyais au bord de l’eau. Je repensais à nos plus beaux souvenirs, Noël, malgré ce qui c’était passé durant le dernier que j’avais fêté cela resté un moment magique et je gardais en moi toute cette joie que nous avions de le fêter comme une famille « normale ». Depuis à chaque Noël, je chantais une chanson pour eux en espérant qu’ils l’entendent, car je restais persuadé qu’un endroit existait, des personnes aussi bonnes devaient connaître le paradis… Je sentis une présence derrière moi, je vis le reflet de cette personne dans le ruisseau, c’était Bella, elle se tenait debout et hésitait.

-  Je peux m’assoir ? me demanda-t-elle

-  Bien-sûr… Je lui adressais un timide sourire.

-  Je perds un peu mes mots tu sais je n’ai jamais été très doué pour ça et je/

-  Bella arrête, ne t’inquiète pas je sais que ce je vous aie dis vous touches, vous êtes plus ou moins concernés, je sais que c’est un peu une torture pour toi là d’essayer d’exprimer ce que tu ressens…

-  Je suis tellement désolée que tu aies vécu cela…

-  Moi aussi…

  A ce moment, je sentis son petit bras dur sur mes épaules, sa tête était posée sur mon épaule. Cela me fit plaisir car elle était devenue très froide avec moi, seulement je ne voulais pas de pitié.

-  Bella j’aimerai savoir pourquoi tu me regardais comme cela tout à l’heure… J’ai fais quelque chose qui t’as offensé ? Je m’inquiétais.

-  Non, ce n’est pas ça, enfin si en quelques sortes, tu sais tu es une étrangère et tu es à la fois très proche de mon mari tu comprends ?

-  Oh ! De la jalousie ? Mais pourquoi Bella ? Vous vous aimez tellement tous les deux et puis moi ça fais bien longtemps que je ne pense plus à ça, Bella qu’as-tu en tête ?

-  Je sais que je suis ridicule seulement ça ne se contrôle pas et puis je ne te connaissais pas du tout, et là voilà que tu te dévoiles totalement à nous… Ca me trouble tu sais, tu as l’air si pure et inoffensive…

-  Bella ne croit pas que je suis inoffensive, je compte bien me venger d’eux.

-  Je sais et tu as tout mon soutien même si c’est quelque chose d’un peu fou. Entre mère nous nous comprenons… Elle me souria, ses yeux pétillaient.

  Je ressentais toute leur compassion, et cela me toucha tous me témoignèrent leur soutien. La plupart eurent des réactions très humaines ; pour Emmet un câlin était de rigueur tout comme Alice et Edward, Rosalie, Jasper et Carlisle me tapotèrent l’épaule et Esmée ne trouvait aucun mot elle était très blessée de tout ce que j’avais pu vivre. Nessie me tendit ses petites mains, je me mis à sa hauteur et lui tendis mes bras, elle attrapa mon coup et cala sa tête au creux de mon épaule. Elle me faisait voir beaucoup de chose agréable, elle me faisait comprendre que je faisais partie de sa vie comme une amie. Ses petites boucles me chatouillaient le nez, elle sentait si bon, c’était un vrai petit trésor. Edward me regarda inquiet, je compris que désormais j’avais le pouvoir de Nessie. Je m’écartai d’elle délicatement et Edward me remercia d’un signe de tête, et je pensai assez fort mon affection pour Nessie. Et il me gratifia d’un sourire dévoilant ses dents étincelantes.

-  Elle fait cet effet à tellement de monde… Il était fier de sa fille cela se voyait dans son regard.

  Tous vaquèrent à leurs occupations respectives, j’étais encore une fois devant cette baie vitré je regardais la famille, Alice faisait danser Nessie sur une musique entraînante accompagnée de Rose, Carlisle était partit en urgence pour l’hôpital, Bella était enlacée à Edward regardant leur fille s’épanouir quant à Emmet et Jasper, ils regardaient un match pour changer. D’ailleurs en regardant Jasper cela me rappela l’étrange sensation que j’avais ressentie après avoir été un contact avec lui,  la tape dans le dos qu’il m’avait adressé avait été rapide mais suffisante pour me transmettre son don, et j’avais pu distinguer sans aucune difficultés toutes les émotions présentes. A cette pensée Edward se retourna et me souria encore une fois.

-  Au moins désormais tu ne peux plus douter de notre honnêteté. Rigola-t-il

-  Je n’en doute pas. Je décidais de m’adresser à lui par penser par la suite car j’étais un petit peu trop fière pour exprimer ça à haute voix. «  Vous formez un couple magnifique Edward, crois moi, ta famille entière est un trésor qu’il faut que tu préserves » Et moi à cette pensée je ne pus m’empêcher de repenser à Sétia et Balian, une fois de plus la douleur me fit frémir. Edward m’adressa un regard qui en disait long, il était conscient de ce qu’il avait et il compatissait à ma douleur je le voyais.

« Ne t’inquiète pas pour moi Edward, et à l’avenir adresse moi un petit peu moins de sourire, cela met Bella dans des états ridicules… » Je lui souriais à cette pensée.

Il parut choqué de ma réflexion et se raidit, Bella le tira de ses réflexions.

-  Edward, ça va ? Elle le prenait son visage entre ses mains blanches.

-  Oui ne t’inquiète pas mon amour. Il reprit ses mains et les noua aux siennes.

Bella n’était pas dupe, mais passa outre s’attardant sur Renesmée tous les deux, j’en profitais pour filer dehors.

  Une fois la porte franchit je pouvais sentir toutes les odeurs qu’émanait la forêt qui entourait la villa, l’écorce, la mousse, l’herbe, le cour d’eau, les feuilles et la rosée qui ne c’était pas encore retirée m’enivraient, j’inhalais une bouffée de cet air si parfumé. L’odeur si répugnante que j’avais flairé à mon arriver à Forks me frappa de plein fouet. Je retroussais instinctivement mes lèvres, et me mis en posture d’attaque. Je me mis à gronder quand Edward me rejoint me posant une main sur l’épaule.

-  Ne t’inquiète pas Lili c’est Jacob avec Seth et Leah.

Mon instinct prit le dessus, je me retournais sur Edward lui montrant les dents en sifflant. Immédiatement je captais les pensées de tout le monde, et elles étaient assez cruelles envers moi. J’entendais beaucoup de reproches «  Pour qui elle se prend celle-là ? » cracha Rosalie, « On dirait un nouveau né » pensa Jasper, «  Qu’est-ce qu’ils fichent ici ceux là, elle n’est pas prête ! » se fâcha Alice. Je décidais alors de me redresser, et de présenter mes excuses par pensée à Edward pour mon comportement.

« T’inquiète pas je sais ce que c’est… Cette odeur est répugnante. » Il me décrocha un sourire lorsqu’il vit ma discussion précédente avec Jacob dans mon esprit.

« Elle est encore là celle-là ! » brailla Jacob, il se tenait en avant des deux autres, Jacob et Seth était sous une forme humaine quand à Leah sous la forme de loup.

-  Bien je vais chasser, je serai de retour dans la soirée. Lançais-je à ceux qui pouvaient m’entendre et je filais à toute vitesse.

  La soif me consumait de l’intérieur, il était grand temps pour moi de chasser. Le fait de m’isoler me fis le plus grand bien, et me permettais de repenser à tous ce qui c’était passé depuis mon arrivée, cela me fis me poser beaucoup de questions. Pourquoi être encore ici, qu’est-ce qui me retiens ? Pourquoi Alice avait-elle eu cette vision ? Pourquoi la ressemblance avec Edward me perturbait-elle autant ? Pourquoi la petite Nessie n’avait-elle pas été exécuté comme Sétia ? Sa famille fait-elle peur aux Volturi ? Dans ce cas se serait une aubaine pour moi, si j’exigeais leur simple présence à mes côtés à Volterra, l’effet de surprise serait idéal, bien sûr ils ne se bâteraient pas je veux mener mon combat seule et mon pouvoir est parfait. J’aurais enfin une chance…

  Une odeur très attirante me fit sortir de mes réflexions, et je m’étais assez éloigné sur le territoire pour trouver un carnivore suffisamment appétissant pour assouvir ma soif, les troupeaux de cerfs peuplant les alentours de Forks ne m’apaisaient qu’une bref période… J’étais si dépendante de ce liquide rouge vif et pourtant si puissante, la révélation de mon pouvoir m’effrayais beaucoup peut-être plus que nécessaire mais je pouvais devenir encore plus forte. J’aimerais pouvoir toucher cette Jane et lui infliger son propre pouvoir… Pourquoi n’avais-je pas eu conscience avant de ce pouvoir extraordinaire ? Ca y est, j’y étais le puma était en position d’attaque, les yeux rivés sur sa proie, quand à moi j’en fis autant il serait aisé de l’attraper, le vider de son sang, et le tuer… Il entreprit son sot, je le devançais et bondis avant lui, mes mains s’agrippèrent à lui et mes crocs s’enfoncèrent délicatement dans sa chair tendre et chaude. Une fois vidée de son sang je déposais la carcasse délicatement au pied de l’arbre le plus proche. Je me recoiffais et nettoyais mes escarpins – magnifique talons aiguilles de 10 cm de haut – et faisant cet acte je souris presque honteuse de chasser dans cette tenue de ville. Une fois rassasiée, je me décidais à prendre le chemin du retour tout en gardant mes escarpins à la main, même si je frôlais le sol durant ma course il était hors de question de prendre le risque de les esquinter.

  J’étais à présent de retour à Forks l’air embaumait l’odeur des vampires et des loups, je m’étonnais que les humains ne puissent sentir cette fragrance si présente, pour cela encore aurait-il fallut qu’ils soient au courant de notre existence, leurs faiblesses me laissaient pantoise. Je pouvais apercevoir les murs blancs de la villa de mes semblables. Je m’arrêtais peu avant la lisière de la forêt pour ne pas être aperçu trop rapidement afin de les observer. Jacob se trouver assis par terre dans le jardin – ou prairie – des Cullen, il tenait la petite Nessie sur ses genoux, et la berçait délicatement pendant qu’elle s’amusait à lui caressait la joue. Je pouvais entendre Jacob du moins ses pensées car leur échange fut silencieux, en effet Nessie la montrer des images et pas n’importe lesquelles puisqu’il s’agissait de me vie, celle que j’avais narré en sa présence. C’était mon passé, ma souffrance et j’assistais à ce que la petite Nessie avait imaginé elle-même, elle était assez proche de la réalité mais sous-estimait la beauté de mes deux amours disparus et de la cruauté de leur exécution… Ses visions me firent l’effet que je redoutais, cette douleur qui était impossible à extérioriser, je voulais pleurer j’en avais besoin mais n’y arrivais pas… C’est très frustrant d’être condamné à errer ainsi…

  Je me décidais à sortir de la forêt, quand Jacob posa les yeux pour moi, et contre toute attente il n’avait aucune animosité en vers moi, ses pensées étaient très claires ; de la tristesse, de la pitié et une envie folle de venir me parler. Alors je me dirigeais vers lui et je l’entendis clairement dire à Nessie d’aller retrouvé une de ses tantes, elle accepta non sans faire une moue adorable d’une enfant contrariée. Il se leva et lui tapota les fesses afin de la motiver à servir de poupée une fois de plus entre les mains de ses tantes. Jacob vînt à ma rencontre prudemment et m’accordant un timide sourire, il se demandait si cela pouvait favoriser un échange courtois, je lui fis de même pour le rassurer – après tout je n’allais pas le mordre 

-  Euh Salut ! Me dit-il en se passant la main sur ses cheveux puis sa nuque.

-  Salut !

-  Hum, tu dois sans doute le savoir, Nessie m’a montré des choses… à ton sujet, euh ben je suis euh…

-  Jacob, elle t’a montré mon passé à peu de choses près, je ne veux pas de pitié ou tout autre chose y ressemblant, oui c’est dur, oui c’est triste, non je ne peux pas avancer et passé à autre chose, non je ne veux pas remplacer mon fils par Nessie, il est tout simplement irremplaçable, peux-tu trouver un substitut à Nessie ? Non. Alors ‘il te plaît pas de pitié de gène ou ooooooooooh puis tu peux bien  comprendre ça !

Il entreprit d’ouvrir la bouche, mais je répondis à sa question avant.

-  Oui j’ai encore ce fichu pouvoir.

-  Mais arrête !

-  Désolée mais tu penses si fort !

En bref silence s’installa sauf dans sa tête qui était pire qu’un aéroport entier.

-  Comment as-tu pu avoir un enfant, nous pensions que Nessie a existé parce que Bella était humaine, je ne comprends pas…

-  Apparemment cela ne vient pas seulement de la mère… Jacob tu étais bien contre n’est-ce pas ?

-  Oui, Bella a faillit y passer et je n’aurais pas supporté sa perte, mais Nessie est là et je ne peux que lui en être redevable…

-  C’est bien ce que je pensais tu étais amoureux de Bella, dis donc c’est que tu n’as pas peur de te frotter à un vampire ! dis-je en m’esclaffant

Jacob devînt rouge écarlate, serrant les poings, il se combattait en lui-même, « retiens-toi Jacob ! Ces vampires ne valent rien ! »

-  Eh faut te calmer ! ça s’appel de l’humour tu sais et puis tu aurais pu le prendre pour un compliment !

-  Bon et sinon as-tu une explication sur le fait que le garçon soit venimeux et pas la fille ?

-  Non, à vrai dire lorsque j’ai vu Nessie je pensais que ça pouvais venir de la mère. Bella était humaine et moi non.

-  Ta théorie est correcte sauf que tu ne prends pas en compte Nahuel.

-  Qui ?

-  Ben Nessie ne te l’a pas montré ?

-  Et bien non apparemment. Lui dis-je en souriant

  Il me narra son histoire, et cela me brisa de nouveau le cœur ils étaient donc si nombreux que ça ? Pourquoi seul Sétia à était exécuté ? Cela me semblait d’une injustice incroyable, ces Volturi étaient tout sauf des êtres bons et respectables… Il conclua son histoire en me posant la question que tout le monde se posait intérieurement, moi également, pourquoi mes amours avaient-ils été tués ?

  Je ne sus répondre, moi-même je l’ignorais…

 

1 Commentaire

  1.  
    amel
    amel écrit:

    Trop trop trop bien. Comme les autres chapitres. Je l’adore il est superbe. J’adore toutes les questions qu’elle se pose et qu’elle n’y trouve pas de réponse. C’est super cool!=D Je trouve cela dommage que personne ne lise ta fic. Si tu le souhaite bien sûr je mettrais un lien sur mon blog comme d’autre fic que j’aime bien ou adore. Si cela t’intéresse fait le moi savoir et ce sera sans aucun souci que je te mets un lien sur mon blog.
    Bisous et bonne continuation pour la suite que j’attends avec impatience bien sûr.

Commenter

 
 

blog d'une pythagoricienne |
mes petites idées |
Blog de Aymane Hafit ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | poèmes d'une romantique ...
| C'est de l'autre côté de ma...
| escarpins et sac à dos