Domination

Bienvenue sur mon blog

 

Chapitre 1 – Illumination 14 février, 2010

Classé dans : chapitre 1 Illumination — fictiontwilightdomination @ 21:39

Chapitre 1 - Illumination dans chapitre 1 Illumination 2616032202_3

-Chapitre 1 – Illumination

 

 

 

1

 

 

 

▬▬♦▬▬

 


 

Illumination


Allongée dans cette neige, ne me provoquait rien, pas de frisson, pas de sensation chaude ou froide, rien, ma peau si dure était de la même température que ces magnifique flocons moelleux. Seul le vent caressant mon visage, et faisant voleter mes cheveux me paraissait agréable en cet instant. Puis ce vent me déplut fortement, il emmena à mes narines quelque chose que je jugeais mauvais, un parfum de vampire, une vampire. Je me redressais en un battement de cils et m’apparut un lutin, me dévoilant un large sourire de ses dents étincelantes.
– Bonjour Lili ! me dit-elle presque fière d’elle, mon étonnement la fit rire.
– Kelly suffira… lui dis-je sur un ton ferme.
– Comme tu voudras mais je finirai par t’appeler ainsi !
Elle me souria croisant les bras sur son ventre en s’appuyant sur le tronc de l’arbre le plus proche d’elle.
– Qui es-tu ? M’énerve-je
– Alice Cullen.
-Et que me veux-tu ?
Elle s’approcha lentement de moi, j’eus un bref mouvement de recul.
– Ne t’inquiète pas, je ne suis pas ton ennemi.
– Pourquoi es-tu ici à m’appeler par mon nom ?
– Bonne question je t’ai juste vu très proche de ma famille.
– Quelle famille ? Tu m’as « vu » ? Lui dis-je complètement ahurie désormais.
– La mienne, les Cullen ! Un bref silence s’installa puis elle le rompit.
– Tu dois me prendre pour une folle, c’est souvent l’effet que je faisais étant humaine… Je vois le future.
Je la regardais le visage plein d’étonnement. Puis elle poursuivit.
– Je t’ai vu comme étant l’une des nôtres, et j’aimerai savoir ce qui te pousserai à nous trouver.
– Et comment aurais-je pu trouver une famille dont j’ignorais l’existence ?
– Hum… Et bien dis moi cherches-tu quelque chose ?
– Non.
Mon « non » ne lui convint sûrement pas puisqu’elle me regarda avec encore plus d’insistance désormais.
– Pas la peine de mentir je n’en vois pas l’intérêt puisque ce que j’ai vu, va se produire.
– Je recherche quelque chose que je ne pourrais pas trouver dans une famille de vampires. Lui répondis-je piquée au vif, je m’assis par terre lui tournant le dos.
Elle me rejoignît après quelques secondes.
– Cela ne répond pas à ma question Lili.
Voyant mon regard elle se corrigea.
– D’accord ! « Kelly » ça te va ?
Ne répondant pas elle poursuivit.
– Que recherches-tu le plus au monde ?
– J’aimerai en savoir plus sur ma vie… passée je n’ai que de faibles flashs de ma famille, rien de concret et…
Je ne sais même pas pourquoi je me suis confiée à elle, comme-ci elle pouvait quelque chose à ma recherche. Moi même y avais consacré presque un siècle sans rien trouver.
– Ta famille,… me coupa-t-elle à présent perplexe, tu veux bien m’en dire plus sur toi, je suis sûr que je trouverai le lien !
– Genre ! Tu veux que je me présente, que je te raconte quoi ?
– Dit comme ça c’est bizarre mais je peux t’aider, je le sais.
– Je suis née à la fin du XIIX°, quand à ma « renaissance » c’était pendant la première guerre mondiale, à vrai dire c’était à la fin de cette guerre en 1918. Encore aujourd’hui j’arrive à avoir de nouveau flash, une fois un parfum m’a fait perdre pied, ce n’était pas du sang juste un parfum j’ai eu l’impression de le connaître comme personne mais rien ne me vient à l’esprit. Juste mon prénom gravé avec ma date de naissance, Kelly 10 Mars 1898, sur ma gourmette comme bagage… Pas vraiment lourd comme histoire…
Elle ne répondit pas, elle était comme hypnotisée.
– Quoi ? Qu’est-ce qui se passe ?
Elle ne me répondait toujours pas, les prunelles dorées toujours dans le vague, totalement paralysée, je décidai de la secouer.
– Et oh ! Pas la peine de me secouer comme un prunier ! cria-t-elle
– Désolée mais tu te serrais vu !
Puis elle rigola, je me demandais ce que mon histoire avait d’hilarant, et j’étais vexée, elle le vit car son rire se rompit brusquement.
– Oh, je ne voulais pas t’offenser, ce n’est pas pour cela que je rigole, me dit-elle à présent triste, je te demande pardon…
– Et bien dis mois plutôt ce pourquoi tu rigoles et j’essayerai de me joindre à toi, marmonnais-je.
– Eh bien, j’ai un peu le même problème, je ne me souvenais pas de ma vie précédent ma création, juste du noir et encore du noir, puis j’ai eu une vision ; il s’agissait de mon compagnon – Jasper – je me voyais avec lui, donc je l’ai cherché, presque « traqué » !
Son rire argentin était communicatif. Je me demandais comment fonctionné son don. Et je l’enviais presque, elle me tira de mes pensées en poursuivant son histoire.
– Puis après avoir trouvé mon Jasper, j’ai vu ma famille, ils étaient cinq : Carlisle, Esmé, Edward, Rosalie et Emmet.
– Oui, là je te permets de rire de mon histoire. Lui dis-je en souriant
– Tu me permets de t’appeler Lili ? S’il te plaît, s’il te plaît, s’il te plaît ! Dit-elle en sautillant sur place telle une enfant le jour de Noël.
– Oui, oui mais arrête d’insister comme ça ! C’est vraiment énervant.
– Lili, c’est parfait pour toi !
Elle prononcer ce surnom ridicule, en insistant sur les syllabes Li-li, en faisant durer les « i ». Cela me consternait. Je la regardais plus attentivement, elle était jolie le contraste de ses cheveux noirs sur sa peau blanche était magnifique.
– Et maintenant tu comptes faire quoi ?
– Bonne question, je suis sensée chasser… A vrai dire je ne sais pas si tout le monde va être heureux de ta visite, bien que la plupart soient courtois il y a quelques exceptions. Me dit-elle en étirant une légère grimace éreintant son sourire.
Woh ! Woh ! Nan mais de quoi tu parles là ?! Je ne veux pas venir, je n’ai rien à faire chez vous. Ripostais-je
– Arrête d’être aussi pessimiste ! Allez viens ! Juste une petite visite,… rien de plus, tu partiras quand tu le voudras,… tu as ma parole.
Elle me regardait avec des yeux qui en disaient long, c’est bien ce que je pensais elle obtenait tou-jours ce qu’elle désirait…
– Je suppose que l’on n’échappe pas à son destin… Et puis tu l’as vu… Je marquais volontairement une pose et elle me jeta un regard suspicieux.
Un vague soupir m’échappa
– Où allons-nous ? Lui disais-je en me redressant et lui offrant un petit sourire.
– Forks.
Elle était à présent aux anges et sautillait encore une fois sur place.
– C’est proche de Seattle, non ?
– Oui, exactement !
– Et bien en route !
Nous nous mîmes à courir, il nous faudrait sans doute une heure de trajet. Tout était si beau en-neigé, je la regardais de temps à autre et m’adressais un sourire en contre partie je m’efforçais de ne pas paraître hostile mais cela me parut difficile. Après tout peut être courrais-je à ma perte, cela n’avait peut être pas d’importances… Mais je restais étonnée de moi même, c’est comme si je savais au plus profond de moi que je pouvais lui faire confiance.

 

Nous n’étions plus très loin je sentais leur odeurs à tous, et je sentais également une odeur très repoussante, une odeur à laquelle je n’étais pas habituée et à laquelle on ne s’habitue pas. Je fis la grimace et m’arrêtai net. Alice se tourna vers moi.
- J’aurais du te le dire mais m’aurais-tu alors suivit ?
- Non, ton but est de m’anéantir ? Pourquoi faire appel à des chiens puants ?!
- Non rien de tout ça rassure toi, c’est compliqué, et puis les loups ne t’attaqueront pas, fais-en autant.
- Vous les avez dressés ? Dis-je en éclatant de rire
- Non pas exactement… Je ne t’ai pas tout dis et je ne compte pas te le dire tout de suite c’est vrai-ment compliqué. Quelqu’un va m’aider à tout t’expliquer, OK ?
- Hum… oh et puis zut… Allons-y !
- Ils vont te flairer et vont être sur leur garde car nous avons eu des visites dont on se serrait bien passées…
En annonçant tout ça, son visage se tordait empreint de tristesse, de souffrance et de colère. Et je décidais de ne pas poser de questions sur ce sujet, qui était à présent clos.
- Enfin passons, on va juste dire qu’il ne faut pas que tu sois aussi agressive qu’eux.
Puis elle m’adressa un sourire, et je me sentis un peu mieux.

 

Nous nous arrêtâmes à une centaine de mètres d’une magnifique villa blanche. Leurs odeurs étaient très fortes, une famille aussi importante en nombre laissait des traces… Alice s’avança de quelques pas, se retourna et me tendit la main, signe qui voulait surement me rassurer et contraire-ment à ce que je pensais cela m’apaisais un court instant, et finis par la suivre, nous marchions assez lentement à présent. Je me préparais au pire, voir même à lutter s’il le fallait même si au vu du nombre c’était du suicide… Désormais à une vingtaine de mètres, je les voyais descendre tour à tour sur le perron puis aux pieds des quelques marches. Un blond se tenait en avant droit devant moi, à ses côtés se trouvait trois autres mâles. Cette disposition tenait certainement à protéger les femelles, elles étaient trois adultes et… une enfant de quatre ou cinq ans environs. Alice m’avait dis qu’ils étaient cinq… Je m’arrêtais nette toisant l’enfant, cela était interdit. Bien que je ne porte pas dans mon cœur les porteurs de ces règles, cela m’effrayais. Le plus grand porta un grognement à mon encontre et le grand blond lui posa une main sage ce qui calma le premier.
- Bonjour tout le monde ! lança Alice
Tout le monde la toisa, et elle ne fit que sourire davantage.
- Bonjour, poursuivit le blond, je suis Carlisle, et voici ma famille : Esmé ma femme, Rosalie et Em-met, Jasper, Edward, Bella et Resnesmée.
- Bonjour. Dis-je timidement. Alice a jugé bon de m’amener à vous, hors je ne crois pas que se soit une très bonne idée…
Je m’apprêtais à tourner les talons face à cet accueil et leur tournais le dos.
- Les Voltuti sont déjà au courant, se n’est pas une enfant immortelle comme tu le penses ! Lâcha Edward
Je fus à la fois surprise et énervée de cette intervention. J’essayais de me ressaisir. Lisait-il les pensées ?
- Oui, poursuivit-il
Je restais immobile, cette nouvelle pourtant me désarçonna malgré moi et je tentais de maîtriser mes pensées. Puis je leur fis face.
- Je ne comptais pas leur rendre visite ! Moins je les vois mieux je me porte ! Lançais-je
En bref silence s’installa, l’étonnement et la curiosité marquaient le visage de tous, sauf la petite qui se cachait dans les longues boucles de sa mère.
- Nessie, je vais avoir besoin de tes services. Lança Alice.
- Nessie approche, Edward rentre avec les autres à l’intérieur, s’il te plaît. murmura Carlisle

 

Tous rentrèrent sauf Alice, Carlisle et l’enfant. Lorsque je ressentis des pulsations cardiaques, le son venait de cet enfant vampire. Je ne comprenais pas, tous me regardèrent l’enfant s’approcha de moi les mains tendues, voulait-elle que je la porte ? Son visage si parfait me pinça le cœur, et ma gorge se serra, je m’abaissais à son niveau, puis elle porta ses petites mains dures à mes joues. Je fermais mes yeux et tressaillis. Je vis beaucoup de sang, Edward avec les traits empreints de peur, Bella inanimée puis beaucoup d’amour, une Rosalie très présente avec un Jacob puant très présent également, je compris que celui-ci en était imprégné. Je vis la préparation « d’accueil » des Volturi et cette rencontre. Je vis toute sa vie, ses sentiments, ses ressentis. Elle retira délicatement ses mains, je rouvris les yeux et je la vis me sourire. Je lui rendais se sourire si innocent et lui caressa sa toute petite joue rosie en prenant soin de ne pas la blesser, son cœur s’affola, elle se mit à sangloter. Je me retirais quand soudain Edward m’éjecta à une dizaine de mètre, je restais à terre un moment puis je vis toute cette famille me regardant.
- Je ne lui voulais aucun mal ! Je vous jure ! Criais-je. Je l’ai juste… caressée !


Message

Voilà le premier chapitre, alors vos impressions ?

 

 
 

blog d'une pythagoricienne |
mes petites idées |
Blog de Aymane Hafit ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | poèmes d'une romantique ...
| C'est de l'autre côté de ma...
| escarpins et sac à dos